ARMEMENT : Frégate : fort accroissement de la capacité de détection du Cassard

Posté le vendredi 17 octobre 2014
ARMEMENT : Frégate : fort accroissement de la capacité de détection du Cassard

La frégate "Cassard" reçoit un radar de détection antiaérienne Thales qui augmente sa capacité de détection de 30 %.

Le Cassard deuxième frégate antiaérienne de la Marine achève actuellement son arrêt technique majeur (ATM), qui intervient tous les trois ans environ. A sec au fond d’un bassin à Toulon, ses moteurs sont revus et un nouveau système de communication, Riffan 2, est intégré à bord.

La frégate reçoit aussi actuellement un nouveau radar Smart-S de Thales permettant un gain de portée d’environ 30 %. C’est un peu le paradoxe de ce navire, qui aura le radar le plus récent de la Marine nationale, pour guider le missile le plus ancien de la marine : le SM1 Tartar (américain), qui remonte aux années 1960. L’âge de cette arme obligera en fait à retirer le navire du service, en 2023.

Mais cette classe de navires reste compétitive, assure un officier du bord. Grâce à ses liaisons électroniques cryptées Otan, le Jean Bart, sister-ship du Cassard peut voir l’activité aérienne jusqu’au nord de l’Irak, alors qu’il navigue dans le fond du golfe Persique. Son système de guerre électronique peut aussi intercepter des communications à terre, et c’est sans doute pour ces capacités qu’il conserve finalement toute sa place aujourd’hui dans la Marine. Il y a quelques mois, le Cassard était en « Médor » pour ramener à Paris tout le renseignement collectable en Méditerranée orientale. Et apparemment, la pêche a été bonne : en toute logique, le Cassard reprendra la mer en début d’année prochaine, pour aller prendre la place actuellement occupée par le Jean Bart.

Source : Le Marin
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.