CAMERONE, une grande idée simple. LIBRE OPINION du colonel (ER)Jean-Jacques NOIROT

Posté le samedi 28 avril 2018
CAMERONE, une grande idée simple. LIBRE OPINION du colonel (ER)Jean-Jacques NOIROT

Avant d'être une idée, Camerone est un acte. C'est un serment. Il porte le nom d'une auberge, une hacienda mexicaine qui, le 30 avril 1863, croise l'immortalité et la légende. En soi, Camerone n'est qu'un lieu, comme il en existe des milliards d'autres sur notre terre. Mais il est le théâtre d'un fait d'armes héroïque qui va fonder cette idée simple. Le fait: jurer de ne pas se rendre et de se battre jusqu'au bout, pour accomplir la mission. L'idée: en faire une manière d'être, qui évite de se poser des questions. Camerone, c'est d'abord le serment. Sans ce serment, y aurait-il eu le combat de Camerone? Nous ne le saurons jamais. De ce serment découle un comportement, l'idée se fondant dans l'acte. Comme tous les serments, depuis celui de Strasbourg (842) jusqu'à celui des saint cyriens de la Montmirail et de la croix du drapeau et le superbe serment de Koufra, il fonde une action qui reste à accomplir. Il lie ceux qui le prêtent à la gloire, jointe à la tragédie. 

Ou à la honte, s'ils ne se hissent pas à la hauteur de la parole donnée. 

L'histoire du monde recèle d'innombrables batailles. Rares sont celles comparables à Camerone. Il y manque le serment dans quasiment toutes, et surtout, il y faut la victoire morale du faible sur le fort par le grand écart du nombre. 

Depuis le 30 avril 1863, de nombreux Camerone sont venus souligner l'héroïsme de nos soldats. Les 31 août et 1er septembre 1870, ce sera Bazeilles. Les marsouins seront à l'honneur dans les combats héroïques de la division bleue. La Légion s'illustrera à Phu Tong Hoa, puis sur Eliane 2 à Dien Bien Phu. En décembre 1960, en Algérie, ce sera le Béni Smir du sergent Sanchez. Ce sont autant de Camerone dont nos armées s'enorgueillissent, mêlant le recueillement au grand silence de leurs tombeaux. 

Camerone, dans nos armées, s'est mué en une expression commune: « Faire Camerone », c'est à dire accomplir la mission sans mot dire. C'est commode lorsqu'il s'agit de commander des hommes ne parlant pas la même langue. Ça n'est pas pour autant qu'il faut en faire des idiots utiles et aveugles, obéissant à n'importe quoi. Cela se saurait. Le légionnaire, encore plus aujourd'hui qu'hier, réfléchit. Il est devenu, comme tous nos engagés, un "caporal stratégique"(1). Depuis toujours, il se donne à qui l'aime et le respecte. S'il a tenu le serment de Camerone, c'est d'abord parce que « L'amour du chef, l'obéissance sont les plus pures traditions » (2). Le lieutenant  Danjou, promu exceptionnellement capitaine devant Sébastopol, était un des leurs. L'homme était un héros. La Légion, comme nous le rappelle souvent un de nos plus prestigieux généraux, est « une société sans classe fortement hiérarchisée » (3). La main de bois du capitaine Danjou n'était, au moment du combat, qu'une prothèse. Elle deviendra le symbole de la parole tenue. La porter un 30 avril est un honneur que rien n'égale. 

C'est donc le serment qui fonde Camerone. Nombreuses sont les nations dont le dirigeant élu doit prêter un serment qui le lie au destin de son pays, l'oblige et l'engage. Quoi de plus simple? En France, pays de tant de serments faits par des gens du peuple dans des moments pathétiques de leur vie pour défendre une cause qui les dépasse, pas de serment, pour aucun élu de la nation. Faut-il chercher ailleurs la cause des promesses hasardeuses et non tenues, des surenchères effrénées qui ponctuent nos campagnes électorales? Faut-il chercher ailleurs les errements regrettables qui font s'incliner l'état de droit devant ceux qui l'enfreignent? Faut-il chercher ailleurs les abandons de souveraineté, les reculs devant les atteintes à notre culture, nos mœurs, notre identité, notre Histoire?

Le 30 avril, le légionnaire « stratégique » entendra l'habituel beau discours du représentant de l'état qui présidera la grand' messe de la Légion à Aubagne. L'encensoir sera manié avec la dextérité qui habite les professionnels du compliment sur commande. Il sait ce qui sera exigé de lui, sans rémission possible, par ceux qui, vivant sans contrainte, pourront demain s'en affranchir en toute impunité. 

Sous son képi Blanc, il renouvellera quand même le serment de ses anciens. 

 

Colonel (ER)Jean-Jacques NOIROT

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

(1) Général Messana 

(2) Chant de la "13"

(3) Général d'armée Michel Guignon. 

 

 

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.