ÉLECTIONS : Corse, du calme citoyens ! LIBRE OPINION du Général (2s) Michel FRANCESCHI

Posté le vendredi 23 juin 2017
ÉLECTIONS : Corse, du calme citoyens ! LIBRE OPINION du Général (2s) Michel FRANCESCHI

L’élection en Corse de trois députés séparatistes( alliance autonomistes-indépendantistes) a provoqué un emballement médiatique débridé, d’aucuns prenant manifestement leurs désirs pour des réalités. Pour quelques excités, la Corse serait même au bord de la sécession. Alors on se calme et on analyse l’événement sereinement, à la seule lumière crue des chiffres officiels du scrutin, sur lesquels les médias se montrent étrangement très discrets.

Les élections législatives en Corse ont présenté deux particularités. D’abord, exception nationale, l’île n’a donné aucun élu à LREM. Ensuite, comme en bien d’autres régions, elle a recouru au « dégagisme » par leurs propres électeurs des caciques d’une Droite insulaire divisée, pusillanime, voire suspecte de double jeu avec les Séparatistes. Désenchantés, les électeurs, soit se sont abstenus en grand nombre comme ailleurs, soit ont préféré en quelque sorte l’original à la copie pour manifester leur mécontentement, sachant qu'ils ne jouaient pas le destin de l'île en cette affaire.

Mais les chiffres officiels n’indiquent pas une poussée du séparatisme insulaire. Pour mesurer son audience, le premier tour de ces Législatives constitue un indiscutable baromètre. Présentant des candidats dans les quatre circonscriptions de l’île, mobilisant à fond leurs partisans peu enclins à l’abstention, les Séparatistes se sont comptés avec précision à cette occasion. Et qu'en ressort-il?

Ils ont obtenu 33.925 voix sur 233.563 Inscrits (14,52%) et 112.504 Exprimés (30,15%). Nous sommes tout de même fort loin d’une majorité! Plus révélatrice encore est l’évolution par rapport au scrutin comparable des élections territoriales de décembre 2015. Découvrant les vertus de l'arrêt de la violence et du rassemblement, profitant de surcroît de la fatale désunion de tous les autres partis, les Séparatistes avaient alors accédé au pouvoir régional bien qu’en minorité de sièges. Ils avaient obtenu 52.839 suffrages sur 229.824 inscrits (22,99%) et 149.525 exprimés (35,34%). Force est donc d’admettre qu’en terme de représentativité politique, c’est plutôt d’un tassement qu’il s’agit. D’ailleurs, un signe ne trompe pas. Les tonitruants vainqueurs ne se hasardent toujours pas à exiger un référendum d’autodétermination, à l’instar de leurs amis indépendantistes Ecossais et Catalans.

 Michel FRANCESCHI 
Officier général (2S)

Source : Général (2s) Michel FRANCESCHI
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.