IN MEMORIAM : Capitaine Georges BANSE (13 avril 1930 – 6 octobre 1973)

Posté le mercredi 03 octobre 2018
IN MEMORIAM : Capitaine Georges BANSE (13 avril 1930 – 6 octobre 1973)

Né à Paris (14e) le 13 avril 1930, Georges BANSE s‘engage dans l’infanterie par devancement d’appel en juin 1949. Officier de réserve en situation d’activité, il fera campagne en Algérie où il sera blessé et cité quatre fois en 1957, 1958, 1959 et 1961.

De juillet 1968 à janvier 1970, le capitaine Georges BANSE est détaché auprès de l’Organisme des Nations Unies pour la Surveillance de la Trêve en Palestine [ONUST], il y sera blessé par éclats de mines. Déclaré invalide à 45% il suit, en 1971, une formation d’informaticien militaire mais très vite, en juin 1973, il se porte à nouveau volontaire pour assurer, au nom de la France, la mission d’observateur militaire des Nations Unies [ONUST] dans le Sinaï.

C’est à ce titre que, le 6 octobre 1973, il est tué à l’âge de 43 ans à son poste d’observation ‘Copper’ sur la rive orientale du Canal de Suez, au déclenchement des violentes hostilités, entre Égyptiens et Israéliens, dites « Guerre du Kippour ». Sa dépouille ne sera retrouvée et identifiée sous les décombres que le 6 novembre.

Il a été inhumé le 13 novembre 1973 à Morsang-sur-Orge dans l’Essonne. Cité à l’ordre de l’armée à titre posthume le 13 mai 1974, cet officier est pourtant, inexplicablement, sorti de la mémoire de la nation au point de ne toujours pas figurer parmi les ‘militaires décédés en opérations extérieures (1963 à nos jours)’ sur le site Internet « Mémoire des Hommes » du Ministère des armées et de n’être, à notre connaissance, pas encore officiellement reconnu « Mort pour la France ».

Afin de perpétuer durablement son souvenir, le nom de cet officier valeureux, tombé bravement au champ d’honneur mériterait, sans contestation possible, d’apparaître sur le futur Mémorial des soldats français morts en opérations extérieures.

En ce début du mois d’octobre 2018, 45 ans après la Guerre d’Octobre 1973, tous les anciens observateurs militaires français de l’ONUST, soutenus peu à peu par la quasi-unanimité des associations représentatives du monde combattant, restent suspendus au traitement réservé aux démarches entreprises au sommet de l’État afin de tirer de l’oubli et honorer comme il se doit le capitaine Georges BANSE et les sept autres officiers morts dans leurs rangs, au service de la paix au Proche-Orient, de 1948 à nos jours.

 

Diffusé sur le site de l'ASAF: www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.