INTERVIEW de Robert REDEKER (Extraits) : “L’école s’applique à effacer la civilisation française”.

Posté le dimanche 04 septembre 2016
 INTERVIEW de Robert REDEKER (Extraits) : “L’école s’applique à effacer la civilisation française”.

 

 

 

 

 

“L’école s’applique à effacer la civilisation française”

Interview de Robert REDEKER
(Extraits)

 

 

 

En ne remplissant plus sa fonction traditionnelle de transmission, l’école de la République est devenue une fabrique de zombies et d’individus hors sol, explique le philosophe dans « L’Ecole fantôme », un essai percutant dans lequel il analyse les causes de ce désastre et trace des voies pour l’avenir.

 

 

L’école de la République est un village Potemkine laissant croire, tel ce trompe-l’œil de propagande, qu’existe toujours, derrière ce mot, ce que les Français supposent être leur école. Par exemple, toute une propagande tente de faire croire, en dépit de l’aveuglante évidence, que le baccalauréat est encore un diplôme et un niveau, que l’école a encore des exigences intellectuelles. Même est le mot, qui a été sauvé, autre est la réalité, qui a été chamboulée. L’école en France a été assassinée, le fantôme de ce qu’elle fut porte son nom.

 

 

L’école contemporaine est régie par la volonté de substituer la société à la nation et au peuple. La société à la place de la nation, que l’on hait ! La société à la place du peuple, que l’on méprise ! Cette école veut engendrer une société d’équivalents - non d’égaux - qui n’a besoin ni d’héritage, ni d’Histoire, ni de racines, dont la culture n’est plus que la culture de masse, l’inculture génératrice d’hébétude. C’est à la constitution de ce type de société que travaille la réforme du collège. Le démantèlement des matières au profit des enseignements décloisonnés et l’abandon des enseignements systématiques visent à former des humains intellectuellement déstructurés.

 


La repentance, qui pousse à fausser les programmes scolaires, masque mal la haine. La haine d’une partie de la jeunesse pour la civilisation française est partagée par une fraction de l’élite politique, administrative, le monde du spectacle et, hélas, une partie des enseignants. Avec ses programmes actuels, basés sur la honte française d’être soi, l’école entretient cette haine. En enseignant la culpabilité de l’Occident, en sacrifiant les grandes figures de l’histoire de France, l’école empêche la fusion entre la jeunesse et la France, faisant involontairement le lit du terrorisme.

 



Que faire ?

Rétablir la culture générale, qui est insupportable au système car elle rend peu malléable.

L’esprit est un os, a dit Hegel - quelque chose contre quoi tout bute. Quelque chose, comme le montre le cas Soljenitsyne, qu’on ne peut réduire en cendres. La culture générale est l’esprit en ce sens-là, un os. Cet horizon implique de rétablir le latin et le grec, l’Histoire, un enseignement systématique du français, de remettre au goût du jour l’analyse logique et grammaticale, de rendre toute sa place à l’apprentissage par cœur de la poésie. Soit : développer, via l’Histoire et la littérature, un enseignement qui fasse aimer la civilisation française.

 

 

Robert REDEKER 
Propos recueillis par patrice de MERITENS

 

Pour lire l'intégralité de l'interiew, cliquez sur le PDF ci-dessous.
logo pdf


 

 

 

 

Source : Figarovox
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.