L’Airbus A400M teste le ravitaillement pour hélicoptère

Posté le jeudi 26 septembre 2019
L’Airbus A400M teste le ravitaillement pour hélicoptère

L’avion de transport Airbus A400M a été testé sur ses capacités de ravitaillement en vol d'hélicoptères avec une série de contacts secs.

Sous supervision de la DGA, l’Airbus A400M a conduit une série de contacts secs pour évaluer les capacités de ravitaillement de l’appareil. De son côté, Airbus Helicopters a mis en oeuvre un H225M pour opérer ces essais en vol. Lors des quatre vols effectués de jour dans le sud la France, l’Airbus A400M a ainsi réalisé 51 contacts pour simuler un ravitaillement, sans carburant, à une altitude comprise entre 1 000 et 10 000 pieds (soit entre 305 et 3 050 mètres) et à une vitesse réduite de 105 nd. Ces essais doivent démontrer l’ensemble des capacités du transporteur à pouvoir mener des missions de ravitaillement. En effet, l’appareil a déjà pu prouvé sa capacité à ravitailler des avions de chasse comme l’Eurofighter, le Rafale, le Tornado ou le F/A-18, à leurs vitesses et altitudes de prédilection, ainsi que d’autres gros-porteurs tels que le C295, le C-130 et même un autre A400M.

L’appareil est certifié pour être rapidement transformé en ravitailleur, sans qu’une version spécifique de l’appareil soit nécessaire. Il peut transporter jusqu’à 50,8 tonnes de combustible dans les ailes et le caisson central de la voilure, sans réduire la capacité de la soute. Deux réservoirs supplémentaires de chargement peuvent également être installés, fournissant une capacité d’emport de carburant additionnelle de 5,7 tonnes chacun. Le combustible transporté dans ces réservoirs supplémentaires peut être différent de celui contenu dans les réservoirs principaux, ce qui permet à l’A400M de ravitailler des types d’appareils distincts.

Par ailleurs, sur demande de la DGA, la campagne d’essais en vol comprenait également une série de vols de rapprochement, menés avec succès, entre l’A400M et un hélicoptère H160. Ces essaies s’inscrivent dans l’étude de levée des risques du Guépard, le programme français d’hélicoptère interarmées léger (HIL).

L’Airbus A400M effectuera des contacts humides en fin d’année, avant d’entamer sa certification finale pour le ravitaillement en vol d’hélicoptères prévue d’ici à 2021.



Alexandre ROCCHI
Air et Cosmos
24/09/2019

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.