FRANCE ALLEMAGNE: le fossé culturel entre les deux armées trouble la coopération

Posté le samedi 19 octobre 2019
FRANCE ALLEMAGNE: le fossé culturel entre les deux armées trouble la coopération

Commissaire parlementaire aux forces armées, Hans-Peter Bartels, qui s'apprête à publier un ouvrage sur l'armée allemande et la défense européenne, tente d'expliquer dans un entretien ? les différences de perception entre France et Allemagne, qui créent de nombreux malentendus.

Les retards pris depuis le Sommet de 2017 dans les projets franco-allemands de défense ne se résument pas à du simple nationalisme industriel. « Les Etats-majors allemand et français ne sont aussi pas parvenus à se mettre d'accord sur une expression commune des besoins », résume un spécialiste des blindés. Quand Berlin imagine un successeur de son char Leopard 2 à l'horizon 2035 pour bloquer en défense l'accès à son territoire, Paris imagine un char rapide et agile accompagné d'un ensemble de robots et de drones pour percer une ligne ennemie sur n'importe quel territoire. Entre les milieux militaires français et allemands existe un vrai fossé culturel.

« Nos approches sont complètement différentes », confirme Hans-Peter Bartels, commissaire parlementaire aux forces armées, qui publie en novembre un livre sur l'Allemagne et l'Europe de la Défense. « Après deux guerres mondiales désastreuses, l'Allemagne ne soutient une armée que dans l'espoir qu'elle ne sera jamais déployée, quand la France dotée de l'arme nucléaire, d'un siège à l'ONU et d'une riche histoire coloniale, se sent une responsabilité d'intervenir », constate-t-il dans un entretien informel avec la presse française.

 

Une armée parlementaire

Sa fonction même est inimaginable en France et unique au monde. Hans-Peter Bartels (SPD) occupe un poste inscrit dans la Loi fondamentale (l'équivalent de notre droit constitutionnel), qui l'autorise à exiger du ministère de la Défense, la communication de n'importe quel dossier et à aller visiter les forces comme il le souhaite. « Ma tâche est d'être le gardien des droits fondamentaux des soldats et de soutenir le Bundestag dans l'exercice du contrôle parlementaire de la Bundeswehr », explique-t-il. « Derrière la Ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, c'est lui, le vrai patron », résume un observateur.

Lorsque l'Allemagne a été autorisée à recréer une armée afin de participer à la défense de l'Ouest au début de la Guerre froide, les juristes ont voulu s'assurer qu'elle ne sortirait plus jamais du cadre démocratique. Aussi l'armée est « parlementaire », sous le contrôle du Bundestag qui a seul le pouvoir de donner un feu vert à une action militaire, tandis que le soldat est guidé par le principe du « Innere Führung » : il doit rester un citoyen allemand doté d'un sens critique en toutes circonstances. Ce qui l'autorise à protester pour ses droits auprès de M. Bartels, à se syndiquer ou à exercer des fonctions politiques. Inimaginable pour un soldat français.

 

Une culture antimilitariste

« La Bundeswher est perçu en Allemagne comme un mal nécessaire », admet un haut gradé allemand, qui âgé de 56 ans rappelle que sa jeunesse a été bercée par les mouvements pacifistes des années quatre-vingt. En Allemagne, une opération Sentinelle qui peut mobiliser jusqu'à 10 000 soldats dans les rues de France, serait ainsi impensable. Dans ce contexte, la coopération franco-allemande est tout sauf naturelle. Pour l'armée française, le partenaire évident reste l'armée britannique, qui a la même culture d'opérations extérieures.

Actuellement, l'armée allemande a moins de 3 000 soldats déployés à l'étranger quand la France parle de 30 000 militaires engagés, dont 6 000 hommes en opération extérieure, essentiellement au Mali et au Levant, près de 4 000 en appui dans des ex-colonies et plus de 7 000 soldats déployés dans les territoires d'outre-mer.
La Bundeswehr est au Mali mais pour des missions de formation avec l'Europe et auprès de la Minusma des Nations-Unies, tandis qu'elle déploie encore 1 300 soldats en Afghanistan dans le cadre de l'Otan. Le rapport annuel publié en janvier par M. Bartels qui décrivait une  Bundeswehr qui croule sous les procédures bureaucratiques et dont les trois quarts des équipements sont hors d'état de fonctionner, a fait du bruit.

 

Prise de conscience

Rééquiper la Bundeswehr, embaucher 20 000 soldats supplémentaires et multiplier les coopérations bilatérales pour européaniser la défense, fait partie des priorités mentionnées par M.Bartels. Interrogé sur la coopération franco-allemande et européenne dans les programmes d'armement, il répond qu'elle est nécessaire mais sans sentiment d'urgence. Selon lui, les programmes d'avions de combat du futur et de char du futur s'inscrivent dans une longue tradition de programmes communs, comme les hélicoptères NH90, Tigre ou l'Eurofighter.

Au moins confirme-t-il un retournement de perception côté allemand sur la sécurité collective. Après 25 ans de décrue budgétaire et de baisse d'effectifs - la Bundeswehr compte moins de 180 000 soldats contre plus d'1,3 million de soldats et réservistes mobilisables pendant la guerre froide -, il existe un consensus entre les principaux partis sur la nécessité d'une remontée en puissance. Depuis l'invasion russe en Crimée et la guerre en Syrie, l'Allemagne a bien pris conscience qu'il fallait relever la garde et a promis de porter son  budget militaire à 1,5 % du PIB en 2024, ce qui pousserait ses dépenses de 43 à 58 milliards d'euros. Sauf remise en cause par le ministre des finances SPD, Olaf Scholz. Pour autant, la hausse des crédits n'efface pas des décades d'antimilitarisme.

 

Hans-Peter Bartels sur les exportations d'armement communes

« Je suis sûr qu'on parviendra à un accord dans la lignée du Traité d'Aix la Chapelle qui indique que les deux Etats élaboreront une approche commune en matière d'exportation d'armements en ce qui concerne les projets conjoints. Notre philosophie est de vendre d'abord à nos alliés qui sont démocratiques. Le marché des armes est un marché où on défend un projet commun (...) Il serait donc plus important à l'avenir de vendre le futur avion de combat commun à la Pologne qu'à l'Arabie Saoudite ».

Anne BAUER
Les Echos

 

Source et légende photo : L'armée allemande est sous contrôle parlementaire
Photo Kietzmann Björn/action/Sipa

Rediffusé sur le site de l'ASAF : https://www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.