LIBRE OPINION : A nos portes un monde en feu

Posté le dimanche 17 août 2014
LIBRE OPINION : A nos portes un monde en feu

On se massacre en République centrafricaine mais à Paris la solution a été trouvée : donner un Premier Ministre musulman à ce pays où notre manque de clairvoyance a empêché l'intervention française au moment où les colonnes armées ont commencé à arriver du Nord, en janvier 2013. On se massacre au Proche-Orient ; les représailles succèdent aux représailles. Des centaines et des centaines de morts, quelque 10 000 maisons détruites à Gaza. On se massacre en Libye. On continue à se massacrer en Syrie. En Ukraine, l'Armée nationale organise le siège de Donetsk. On massacre au Moyen-Orient, en Irak. Méthodiquement, devant le monde entier, "l'Etat islamique" s'emploie à éliminer les populations chrétiennes et yazidi.

Que fait la France ? Elle a envoyé des troupes en Centrafrique, trop tard, en trop petit nombre et en limitant à la fois leur mission et leurs moyens d'action. Avec les Américains et les Anglais, elle a provoqué la chute de Kadhafi mais n'a pas mesuré les conséquences de son intervention comme les Américains n'avaient pas mesuré les conséquences de leur action contre Saddam Hussein. L'après-Kadhafi n'a pas été organisé. Comme la Somalie, le pays est désormais sans Etat et l'armement considérable que possédait le leader libyen se trouve disséminé de l'Afrique occidentale et centrale à l'Asie. Bien que fort tenté, notre pays n'est pas intervenu en Syrie. Heureusement, Obama n'a pas tenu ses promesses ! Les populations auraient souffert un peu plus encore. Mais des armes ont été envoyées, des armes qui ont immédiatement été utilisées contre les Chrétiens et qui le sont encore aujourd'hui. Bachar el-Assad n'est pas tombé. Il se pourrait bien que l'Occident ait, sous peu, besoin de lui. Le jeune gouvernement ukrainien conforté par Bruxelles s'est lancé à l'assaut des Ukrainiens russophones. C'est insensé ! En 1914, le grand Lyautey, ulcéré, s'écriait qu'une guerre entre la France et l'Allemagne, entre Européens, était une guerre civile. Cent ans après, pourtant, on fait mieux : une véritable guerre, avec armes lourdes, entre membres d'une même nation européenne. On parle déjà d'un "nouveau Stalingrad" sur le territoire de l'Ukraine !  Dans quelques jours, après de terribles souffrances, les Chrétiens du nord de l'Irak et les Yazidi risquent d'avoir tous disparu et les fanatiques, peut-être, se seront rendu maîtres de l'ensemble du Kurdistan irakien et auront atteint Bagdad. A l'ouest, si Damas s'effondre, le Liban ne pourra résister et l'Etat islamique aura atteint la frontière turque. Entre-temps, plusieurs autres milliers de migrants, abandonnés aux mains de "passeurs" sans aucun scrupule, auront gagné le continent européen. Nous contenterons-nous de nous donner bonne conscience ? En Irak, les avions américains bombardent, mais pour quelle efficacité ? On parachute des vivres, c'est bien, évidemment, mais cela permettra-t-il de sauver la vie des populations si gravement menacées. Ailleurs, on négocie ou on "facilite" des négociations, pour quel résultat ?

Il y a le feu à nos frontières et extrême urgence à agir, efficacement.

Inconsciente, l'Europe qui se prétend "faiseuse de paix" n'a encore pas montré ce dont elle est capable hors de ses frontières. Loin de là. Et il est possible de prévoir que massacres et exodes de masse continueront.                

Denis FADDA (Magistro)

 

Source : Magistro
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.