LIBRE OPINION : Budget de la défense : les militaires, des hôtesses de l’air ?

Posté le jeudi 16 octobre 2014
LIBRE OPINION : Budget de la défense : les militaires, des hôtesses de l’air ?

parFrançois CORNUT GENTILLE Député et membre de la commission des finances

(Adressé par Jean-Claude Tourneur)

Pour « sauver » le budget de la défense, le gouvernement s’apprête à créer des sociétés de projet. Sans vouloir analyser la faisabilité financière et juridique de ces nouvelles structures, les discours et articles entourant les sociétés de projet méritent quelques commentaires : Le budget de la défense doit donc être « sauvé » : aucune autre mission de l’Etat, régalienne ou non, ne fait l’objet d’un sauvetage qui selon la définition apportée par le dictionnaire Le Grand Robert a d’abord une signification navale : « Secours prêté à un navire en perdition ». Autant dire que la mission régalienne de l’Etat d’assurer la sécurité de ses ressortissants et de défendre ses intérêts vitaux est dans un piteux état. Devant une docte assemblée, le délégué général pour l’armement justifie le recours aux sociétés de projet en affirmant que « « les compagnies aériennes font cela depuis longtemps ». Comparer l’activité des armées à celles des compagnies aériennes est audacieux.

Les militaires apprécieront leur nouveau statut d’hôtesses de l’air. Pire, prendre exemple sur des compagnies aériennes ou encore la SNCF aux endettements et déficits colossaux n’est pas un gage de bonne gestion. A quelques jours du débat budgétaire, on ne sait toujours pas si le budget de la défense 2015 disposera des crédits nécessaires. Les sociétés de projet, création récente, doivent être mises en place courant de l’année prochaine. Donc, contrairement aux principes budgétaires constitutionnels, la défense ne saura qu’en cours d’exécution si elle disposera des crédits votés. Ce n’est plus de l’improvisation ; c’est de l’irresponsabilité.

 

 

Source : Auteur: François CORNUT GENTILLE Député et membre de la commission des finances
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.