LIBRE OPINION : Cherbourg : Jérôme Colonna d'Istria, premier commandant du Suffren

Posté le mardi 15 septembre 2015
LIBRE OPINION : Cherbourg : Jérôme Colonna d'Istria, premier commandant du Suffren

Le capitaine de frégate Jérôme Colonna d’Istria a pris jeudi 10 septembre le commandement du Groupe des sous-marins de Cherbourg.

Il sera le premier commandant de l’équipage bleu, l’équipage d’armement du premier de la série des Barracuda, le Suffren, actuellement en phase d’intégration dans le chantier Laubeuf, à DCNS Cherbourg. Le Groupe des sous-marins compte actuellement 67 marins et devrait monter à 90 dans les prochaines semaines. Parmi eux seront choisis les marins de l’équipage d’armement. Ils sont actuellement basés à l’école des fourriers de Querqueville : tous sont en formation, avec des visites chez les industriels et des passages sur les simulateurs.

Les sous-marins nucléaires d’attaque Barracuda présentent en effet de nombreuses innovations : barres de navigation en croix, propulsion hybride turbines vapeur-moteurs électriques, mâts optroniques non pénétrants, sans compter les nouvelles capacités opérationnelles avec le missile de croisière Scalp et la mise en œuvre de nageurs de combat… « Les Rubis, la précédente génération, étaient des outils conçus pour la guerre froide, mais qui ont fait preuve d’une grande polyvalence. Nous aurons la même souplesse avec le « Suffren ». C’est un programme cohérent avec le nouveau format de la Marine », estime le capitaine de vaisseau Sébastien Maloingne, commandant de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque.

Admission en 2018

Le programme Barracuda a cependant connu des glissements, pour des motifs à la fois budgétaires et industriels. Le nouveau calendrier a été fixé en juin par la loi de programmation militaire actualisée, soit une admission au service actif du Suffren en 2018, et du sixième et dernier de série, le Casabianca, en 2028. « Cela n’a pour le moment pas de conséquences sur l’activité opérationnelle. Sur six bâtiments, 3 à 3,5 sont en permanence opérationnels, en deux en entretien. Nous resterons, avec l’arrivée progressive des Barracuda, à un parc de six sous-marins. »

Le Rubis, en service depuis 1983, ne prendra sa retraite qu’à l’arrivée du Suffren. Côté DCNS, la fermeture de coque a été repoussée au début de l’année 2016. Le transfert vers la forme Cachin interviendra dans le courant de l’année. Le début des essais à la mer, lui, est prévu au printemps 2017. Un objectif vers lequel se concentre le futur pacha du Suffren.
« Il s’agit de transformer une réalisation industrielle exceptionnelle en un outil militaire redoutable. Et la réussite ne peut être que collective », insiste Jérôme Colonna d’Istria.

Source: le Marin

Source : le Marin
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.