LIBRE OPINION : Pour qui roule Médiapart ?

Posté le mardi 15 juillet 2014
LIBRE OPINION : Pour qui roule Médiapart ?

Le site Médiapart a publié le 8 juillet 2014 un article intitulé « Puga, le général qui a marabouté Hollande ». Article remarquable tant par son positionnement stratégique par ses finesses tactiques. Un modèle d’action psychologique à méditer.

L’objectif politique d’effacement du militaire, tant comme ensemble organisé que comme corps social, pour des raisons idéologiques mêlant antimilitarisme et rejet des réalités de notre histoire à la construction de laquelle il a tant contribué, pour des raisons financières afin de réorienter les crédits de la défense vers des actions dont il est escompté un plus grand soutien électoral  et enfin pour des raisons tout simplement carriéristes afin de l’éjecter des cercles de décision, et surtout du ministère de la Défense, est apparu au grand jour ces dernières années au travers des réformes structurelles et des décisions budgétaires.

Cet objectif a été servi par une stratégie « globale » de déconstruction interne (arasement des responsabilités du chef d’état-major des armées), de dénigrement (« Le budget sera préservé, mais il faudra faire des efforts», sous-entendu : « Vous êtes à ce jour incompétents »), de décapitation (coupes drastiques dans le corps des officiers) afin de faire du corps militaire un « drone politique » : il frappe mais ne pense pas. Pour asservir totalement le corps militaire à cette idéologie, il reste à se défaire du dernier lien qui pourrait encore gêner les pilotes du « drone politique » : l’état-major particulier (EMP) du président de la République et son chef, un général. Il faudra d’ailleurs observer la suite, l’objectif est-il de supprimer cet EMP  ou de remplacer son chef par un civil ?

Cet article de Médiapart s’inscrit donc admirablement dans cette stratégie, avec quelques superbes manœuvres tactiques qui cherchent à toucher avec précision les points faibles supposés de l’ennemi.

Ennemi idéologique s’entend, car ici le général Puga n’est que le prétexte à une  tentative de déstabilisation et démoralisation de l’ensemble du corps militaire et de son dénigrement aux yeux de la Nation. Ces manœuvres sont habiles parce qu’elles font toutes appel à des mantras politiques qui suffoquent la Nation, ou à des habitudes culturelles militaires. Tous ces poncifs étant présents, listons les assauts auxquels ils contribuent.

Une manœuvre de flanc d’abord : Puga, horresco referens a été nommé par Sarkozy, il est fils de son père (et Hollande aussi d’ailleurs), et frère de son frère, et père de ses enfants, et ceux-ci sont élevés dans des écoles privées ! Un deuxième assaut par l’extrême droite, l’intégrisme religieux et la manif pour tous. L’habile tacticien souligne que tout cela ne représente que 10% des militaires et que ce n’est pas très bien vu, mais, « ils sont sur représentés au sommet ». Et comme la hiérarchie et la discipline sont la colonne vertébrale de l’armée, tout le monde aura compris … voilà un premier assaut qui cause déjà de nombreuses pertes.

Exploitons ce premier succès par une attaque frontale cette fois, sur un autre bastion, le « fonctionnement clanique » et la lutte des clans entre la Légion, les Troupes de marine et les Cavaliers pour les hauts postes, ainsi que les supposés coups fourrés qui vont naturellement avec. Après ce deuxième assaut, le lecteur civil s’est rendu à l’évidence : les militaires sont arrivistes et corporatistes, et le lecteur militaire a été renvoyé à la guerre des boutons qu’il est supposé affectionner.

Manœuvres payantes, mais encore marginales, il faut maintenant attaquer directement le « centre de gravité stratégique », le chef de l’état-major particulier, le faire tomber pour faire tomber le principe de l’EMP et, par ricochet, affaiblir l’institution militaire. Pour commencer, une opération commando, consistant à frapper fort au moyen d’une expression qui résume les convictions personnelles et dénigre le soldat : « Abbé de cour ». Et, au cas où malgré cela, quelqu’un dans l’armée comme dans la Nation croit encore à la légitimité du général, viennent de multiples vagues d’assaut : l’obséquiosité, le « flou stratégique », la « vision coloniale », le cavalier seul « il entend mener sa propre politique de défense ». Faisons enfin donner le gros des troupes pour l’assaut final : voyez, le chef de l’EMP ne défend pas la budget de la défense « cela ne va pas si mal », quand il s’en occupe c’est pour favoriser les clans ( légion, parachutistes, marine), quant à la défense de l’industrie d’armement, il ne faut pas compter sur lui (restaient en effet les industriels de l’armement à convaincre), d’ailleurs, c’est bien évident, il ne pense qu’à sa carrière. Et voilà de nombreuses mines posées au cœur même du corps militaire.

Voilà donc une habile campagne tactique au service d’une stratégie bien pensée, depuis longtemps, et qui porte ses fruits. Le général Puga n’a pas besoin de nous pour réagir, l’armée oui, car, à travers lui, c’est elle qui est visée. Il nous revient à nous, militaires ou soutiens de l’Armée et de la Défense, de savoir discerner et comprendre les véritables objectifs de cette campagne. Ne nous laissons pas prendre aux multiples pièges qui sont tendus dans ce texte, et qui visent à réveiller des luttes internes, et des ragots de popotes. Regardons haut et loin : la défense de notre pays et le redressement de nos armées. Cet article mérité la poubelle, mais la stratégie qu’il veut servir mérite d’être analysée et combattue.

 

 

 

Source : Général (2S) Jean-Claude ALLARD
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.