LIBRE OPINION : Sauver la réserve militaire

Une refonte indispensable pour préserver le lien entre l’armée et la nation.

Posté le mardi 13 janvier 2015
LIBRE OPINION : Sauver la réserve militaire

Par Louis-Romain RICHE, diplômé de l’Essec et avocat à la cour d’appel de Paris ;et Vincent HELIN, Président du Forum Hippocampe.

Dans  Valeurs actuelles.

 Réserviste tout au long de la vie

C’est en l’absence de menace militaire directe sur le territoire national mais en présence d’un foisonnement de menaces terroristes et cybernétiques, d’un espionnage économique généralisé et d’une course mondiale aux armements que le lien entre l’armée et la nation prend tout son sens.

Ce lien est incarné de la meilleure des manières par la réserve militaire, qui offre à chacune et chacun des Français la possibilité de servir son pays en fonction de ses compétences propres et de sa disponibilité. C’est aussi la dernière façon de préparer les esprits à la remontée en puissance de l’armée française, lorsque le contexte politique la rendra nécessaire.

Or, cette réserve nécessite aujourd’hui qu’on lui applique un choc de réformes, si l’on veut qu’elle continue à vivre. C’est ce que nous proposons à travers le concept de réserviste tout au long de la vie.

Combiner réserve citoyenne et réserve opérationnelle

Ce concept implique la nécessaire porosité entre la réserve opérationnelle, soldée et agissant sous le régime de contrats d’engagement à servir dans la réserve (ESR), sorte de CDD, et la réserve citoyenne, non soldée, aujourd’hui essentiellement tournée vers des fonctions de rayonnement et de conseil. Cette porosité permettra à un réserviste de passer librement de l’une à l’autre, sans perdre ni son grade ni son uniforme, afin que son engagement au service de la France épouse l’évolution de sa vie professionnelle et familiale.

Elle nécessite l’obligation de suivre une formation préalable, telle que celle qui existe déjà dans la marine, pour celles et ceux qui intègrent directement la réserve citoyenne, afin de bénéficier du niveau de compétence militaire suffisant pour prétendre au grade octroyé en raison de ses compétences civiles.

Par ailleurs, à l’issue d’une redéfinition des missions octroyées aux réservistes et de leur judicieuse allocation entre les deux types de réserve, un plus grand nombre de réservistes pourra être sollicité pour un nombre plus élevé de tâches au service des armées. Sous le statut de réserviste citoyen — financièrement avantageux pour l’État —, tout type de mission pourrait être assuré, qu’elle soit ponctuelle dans les domaines du conseil, de l’enseignement et de l’assistance, par exemple, ou permanente en ce qui concerne le rayonnement et le devoir de mémoire. Le statut de réserviste opérationnel se limiterait alors aux missions exigeant le port d’une arme ou le déploiement sur un territoire extérieur. Une évolution de la vision du réserviste par son employeur, qu’il soit militaire ou civil, doit s’opérer.

Le réserviste et l’entreprise

Ainsi, si le réserviste est par nature un militaire à temps partiel, il est cependant souhaitable que la notion de rayonnement personnel permanent fasse partie intégrante de sa notation.

Le réserviste étant au quotidien un actif, il convient, à ce titre, de valoriser le soutien de l’employeur dans cet engagement. La présence de réservistes au sein d’une entreprise ou d’une administration doit être prise en compte, par exemple dans le cadre d’une politique RSE (responsabilité sociétale des entreprises). La création de clubs des dirigeants partenaires de la réserve peut également être une réponse.

Repenser la place de l’histoire militaire

Un changement d’attitude envers l’histoire de nos armées, enfin, permettrait de renforcer encore plus le lien entre l’armée et la nation.

L’armée française, dont les victoires et les défaites se confondent avec celles du pays, ne peut être résumée aux décolonisations et à la débâcle de juin 1940. L’armée française, c’est aussi Marignan, Rocroi, Fontenoy, Valmy, Rivoli, Wagram, Verdun,  Montcornet, Bir Hakeim, Strasbourg !

Il nous semble essentiel que chaque réserviste, quel que soit son grade, puisse se rendre, en uniforme, sur les champs de bataille qui ont marqué notre histoire. Ainsi pourra-t-il mieux se l’approprier pour mieux la transmettre. Il est important que le réserviste ait ressenti, une fois dans sa vie, le frisson d’un événement tel que le lever du soleil à Austerlitz. Dans ces conditions, peut-être, se souviendra-t-il que Solferino n’est pas que l’adresse du siège du Parti socialiste.

Relever le défi d’une réserve tout au long de la vie, c’est développer un sentiment d’appartenance à la nation française à peu de frais et avec un retour sur investissement très positif !

Louis-Romain RICHE et Vincent HELIN

 

Source : Valeurs Actuelles
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.