Livre blanc allemand sur la Défense : LIBRES PROPOS du Général (2S) Daniel ROUDEILLAC.

Posté le samedi 13 août 2016
Livre blanc allemand sur la Défense : LIBRES PROPOS du Général (2S) Daniel ROUDEILLAC.

 

Réflexions  et commentaires sur le Livre blanc allemand 
sur la politique de sécurité et le futur de la Bundeswehr.
Version 2016

 


Nota: Les quelques commentaires qui suivent  ne sauraient se substituer au texte du livre blanc dont la traduction est livrée par ailleurs.

 


Remarques préliminaires sur la forme du document.

 

            - Le livre blanc  2016 conserve le même titre que celui de la version 2006. Pour Berlin, la politique de sécurité engerbe en effet la politique de défense, la politique extérieure et les différents volets de la politique économique. Cette dernière occupant d'ailleurs une place prépondérante.

 

            - Le texte de la version 2016 mise en ligne tient sur un document A4 de moins de 40 pages, mais est assorti de très nombreuses photos.

 

            - Ce texte est articulé en deux grands chapitres, le premier étant consacré à la politique allemande de sécurité, le second traitant du futur de la Bundeswehr.

 

            - On trouvera la table des matières de ce document en annexe de la traduction du Livre Blanc ainsi qu'une copie des illustrations jointes au texte d'origine compte tenu de l'intérêt des informations sur la Bundeswehr données par ces illustrations.

 

            - Le style des rédacteurs du Livre blanc est caractéristique de cette pratique allemande  de la redondance, du doublon, de l'enflure lexicale parfois, de la répétition d'une idée. Je me suis efforcé de m'en affranchir dans la traduction du texte du Weissbuch 2016, éliminant ainsi certains brefs passages du texte, revenant, sous une autre formulation,  sur une idée déjà développée.

 

 

Commentaires sur le fond du texte

           

Les deux lettres d'introduction de Mmes Merkel et von der Leyen soulignent: les menaces aux portes de l'Allemagne, le terrorisme qui est islamiste et transnational, les cybermenaces, la nécessaire acquisition d'une certaine autonomie de sécurité par les États en crise, la résilience, l'hybridité de la guerre, les pandémies, l'innovation et le financement durable.

 

Pour télécharger la traduction du Livre blanc allemand, cliquez sur le PDF ci-dessous.
logo pdf

 

 

 

Titre I : La Politique de sécurité

 

            - L'idée maitresse qui ressort d'un texte très fouillé revient à rappeler que la sécurité est tout autant l'affaire de la Diplomatie, de l'Economie, de l'Industrie, de la Finance, de l'Education que de la Défense et de son arsenal militaire, même si l'ancrage de cette sécurité se fait cependant sur les forces armées. L'idée d'une sécurité pluri ministérielle permet de souligner le rôle majeur dévolu désormais  au cyberespace, à l'infosphère à la communication et d'une façon générale aux interconnexions qui permettent l'approche en réseau de la Politique de Sécurité.

 

            - Les rédacteurs du livre blanc mettent aussi en exergue la détermination du Gouvernement fédéral à prendre plus de responsabilités dans le domaine de la sécurité au niveau international, lors des engagements sous mandat de l'ONU. Une organisation dont Berlin rappelle le rôle essentiel à ses yeux, mais dont il faut renforcer les moyens militaires  et durcir les capacités d'action, au même titre qu'il faut revoir la composition du conseil de sécurité et ses règles de fonctionnement, autant de conditions préalables pour que l'Allemagne confirme son ambition à rejoindre les rangs du Conseil,

            - En prenant en compte le fait que l'OTAN doit pouvoir être amenée à conduire des opérations sur mandat de la communauté internationale, on mesure ce que signifie pour Berlin cette nouvelle approche de ses responsabilités, puisque le gouvernement fédéral va jusqu'à évoquer l'idée d'assumer le rôle de Nation-cadre à l'occasion d'interventions faisant appel à d'autres participants que l'Allemagne .

 

            - Berlin rappelle aussi que le Gouvernement fédéral  en est resté à l'objectif lointain d'un partenariat stratégique entre l'Alliance et la Russie et l'on peut s'attendre à ce que la fille d'un ancien pasteur de feu la RDA saura d'autant plus initier la démarche en temps voulu, qu'elle n'a pas toujours été insensible aux chants des "sirènes soviétiques". ....

 

            - Reprenant le slogan du renforcement du pilier européen de l'OTAN, les rédacteurs du livre blanc en rappellent deux conditions premières, d'ordre financier d'abord: (2% du PIB sur le long terme) et d'ordre structurel (regroupement de capacités au sein de grandes Unités).

 

            - L'observateur français  ne peut pas ne pas remarquer ce que dit le gouvernement fédéral sur le nucléaire: "La dissuasion nucléaire  restera une nécessité aussi longtemps que les armes nucléaires demeureront un outil des affrontements militaires". L'OTAN demeure une alliance nucléaire...même si l'objectif de Berlin reste le même....un monde libéré de l'arme nucléaire.

 

            - En s'engageant à consacrer 20% du budget de la défense aux investissements dans le domaine des armements, l'Allemagne concrétise et officialise l'une des motivations essentielles de l'effort quelle consent pour la sécurité collective, à savoir les retours sur investissement de son effort de défense. L'importance accordée dans le texte aux questions relevant de l'industrie d'armement parle d'elle-même. Les motivations d'ordre économique ont toujours prévalu lors de la définition de la politique de défense et de sécurité de l'Allemagne,  et en cela rien n'est changé, comme le montre notamment  l'insistance de Berlin sur la préservation de ses technologies clés, quelles que soient ses préconisations dans le domaine de l'industrie d'armement,  tendant à l'harmonisation, à la standardisation et au niveau élevé de coopération..... "Il s'agit dès lors aussi  d'harmoniser les directives concernant l'exportation d'armement à l'intérieur de l'Union européenne. Cette harmonisation doit se faire de telle sorte qu'elle ne soit pas en dessous des préconisations minimales définies en 2008 à l'occasion d'un point de situation commun  intervenu au sein de l'UE....."

 

            - Ce que dit le livre blanc à l'heure du Brexit sur la volonté allemande de plus d'intégration des appareils de défense  à défaut des politiques de sécurité  en Europe, et sa détermination à promouvoir l'élargissement de l'UE s'inscrit dans le cadre du discours habituel de Berlin à cet égard. Sa prise de position sur la dissuasion nucléaire et sa volonté de prendre plus de responsabilité sont-elles à interpréter cependant comme une ouverture et une possibilité de rapprochement des politiques de sécurité, d'autant qu'il est clairement dit dans le texte du document: " L'Allemagne aspire sur le long terme à une union de défense et de sécurité commune européenne". et propose notamment " la mise sur pied à moyen terme d'un quartier général permanent civilo-militaire et partant, de capacités  de planification et de commandement civilo-militaires, qui n'existent pas encore dans les États membres de l'UE...à suivre ! On lira à cet égard avec attention ce que préconise Berlin pour faciliter l'émergence de ce qui pourrait être "une union de défense et de sécurité commune européenne", dont Berlin ne peut pas imaginer que Londres n'en soit pas parti prenante: " le partenariat de sécurité avec la Grande-Bretagne, qu'il convient de renforcer compte tenu des longues traditions existantes dans tous les domaines de nos intérêts réciproques"

 

            - Berlin ne pouvait pas ne pas évoquer sa politique relative aux migrants et son application,  dont il est écrit qu'elles relèvent de la politique de sécurité. Le livre blanc en souligne trois exigences cependant : la protection des frontières extérieures de la zone Schengen, un partage équitable des charges, un dialogue avec les pays d'origine des migrants.

 

 

Titre II de l'avenir de la Bundeswehr

 

            - Si la Bundeswehr a toujours retenu la multi nationalité comme étant l'un des principes directeurs de ses interventions, le livre blanc 2016 insiste plus particulièrement sur le caractère interministériel des actions menées désormais par l'armée allemande. (cyberespace, infosphère, hybridité des menaces obligent)

 

            - Si durant des décennies la Bundeswehr pouvait être taxée d'une certaine "rigidité", le livre blanc insiste désormais sur la capacité d'adaptation des personnels, des structures et des équipements, et du soutien eu égard à la nouveauté des théâtres d'opération et aux exigences de la multinationalité.. L'ouverture aux technologies du futur est en outre désormais une donnée essentielle.

 

            - Il semblerait que l'Allemagne prenne conscience de la rigidité de ses dispositions constitutionnelles en cas d'engagement de la Bundeswehr à l'étranger puisque les rédacteurs mentionnent "une réforme possible du cadre constitutionnel de l'engagement à l'étranger de la Bundeswehr", même s'il est rappelé que : La décision conjointe du gouvernement fédéral et du Parlement de l'Allemagne, lors d'une intervention à l'étranger de la Bundeswehr contribue de façon significative à ce que les soldats des deux sexes sous les armes puissent se considérer comme étant l'armée du parlement portée et soutenue par une large base.

 

            - La notion de l'Innere Führung, (expression difficilement traduisible) reste souvent incomprise à l'étranger. Le livre blanc s'y attarde longuement et en explicite clairement les tenants et aboutissants. Les rédacteurs vont même jusqu'à évoquer l'idée quelque peu "hors sol" d'un "concept de commandement européen" fondée sur l'Innere Führung,....

 

            - Evoquer les questions relevant de la pratique des traditions dans un livre blanc peut paraître hors sujet à certains, alors qu'il s'agit là en Allemagne d'une problématique hautement politique, fréquemment reprise dans les médias. On retiendra la volonté des autorités de forger de nouvelles traditions à partir du "vécu" de la Bundeswehr depuis sa création en 1956.

 

            - L'annonce d'un effort budgétaire nouveau tendant à se rapprocher des objectifs fixés au sein de l'OTAN est clairement exprimée dans le livre, il reste à attendre de voir si cet effort concernera  prioritairement les technologies clés que l'Allemagne entend préserver en national, ou au contraire le développement de capacités d'action collectives ne faisant pas nécessairement appel à ces technologies clés.

 

            - "L'ouverture de la Bundeswehr à des citoyens et citoyennes de l'UE ne manquera pas quelque peu de surprendre, mais l'idée lancée par les rédacteurs du livre blanc se démarque du concept de la "légion étrangère française". Pour Berlin, en effet il s'agit de ventiler la ressource potentielle entre les unités de la Bundeswehr et non de créer "des unités d'étrangers".

 

            - En précisant que " La promotion de la diversité et de l'égalité des chances en tenant compte au besoin de l'origine ethnique, de l'orientation sexuelle et de l'identité sexuelle fait partie des taches du Commandement", et que "la part des femmes et des recrues ayant derrière elles un passé lié à l'immigration doit augmenter au sein de la Bundeswehr",  on mesure la nouveauté de telles orientations et les évolutions intervenues au sein de la société allemande et plus particulièrement au sein de sa composante en uniforme... L'avenir dira si les rédacteurs sont dans le vrai quand ils écrivent: "Les équipes ayant des expériences et des caractéristiques humaines diversifiées sont plus efficaces dans l'action que les groupes homogènes". Cette affirmation se conçoit sans doute lorsqu'il s'il s'agit d'équipes de conception, mais semble  plus aventureuse s'agissant d'équipes engagées dans l'action opérationnelle....

 

            - Par delà les aspects économiques en matière de développement de systèmes d'armes, la Bundeswehr a toujours mise en avant la nécessité de devoir mieux protéger ses personnels engagés en opération. Le livre blanc n'échappe pas à la règle.

 

            - On notera le long développement sur les évolutions nécessaires dans le domaine de l'industrie d'armement, dont quatre sont plus particulièrement développées: la transparence, l'innovation, la numérisation  et l'intégration européenne.

 

            - Le lecteur du livre blanc était en droit d'attendre plus de précisions sur l'organisation future de la Bundeswehr. Le livre blanc se contente de définir les grands principes des évolutions structurelles en cours, il y est écrit en effet: "L'organisation planifiée sur les bases des dernières orientations sera effective pour l'essentiel à l'horizon 2017"

 

 

Conclusion

 

Retenons d'un long développement final l'engagement de Berlin à" faire progresser pas à pas la politique commune de défense et de sécurité", avec pour objectif lointain une union européenne de défense et de sécurité"... et, faut-il le redire,  un engagement du Gouvernement Fédéral à faire exercer plus de responsabilités par la Bundeswehr  en matière de Défense et de Sécurité, au bénéfice de l'UE et de l'OTAN...a suivre !

 

 

 

 

Daniel ROUDEILLAC
Officier général (2S)
Ancien attaché de défense de l’Ambassade de France en Allemagne

Source : Général (2s) Daniel ROUDEILLAC
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.