OFFICIEL : Intervention de monsieur le député Nicolas Dhuicq (intertitres de l’ASAF), extraite de l’audition du préfet Alain Zabulon, coordonnateur du renseignement

Posté le jeudi 17 juillet 2014
OFFICIEL : Intervention de monsieur le député Nicolas Dhuicq (intertitres de l’ASAF), extraite de l’audition du préfet Alain Zabulon, coordonnateur du renseignement

Les réseaux djihadistes français :

Intervention de monsieur Nicolas Dhuicq (intertitres de l’ASAF)
Extraite de l’audition du préfet Alain Zabulon, coordonnateur du renseignement devant la commission de la Défense nationale le 1
er juillet 2014.

Dans les prisons françaises
Le mal est implanté dans les maisons centrales depuis que les premiers terroristes ont été arrêtés, parce que, en France, on promène les prisonniers d’une centrale à l’autre. Or, dans ces établissements, le règlement n’est pas appliqué. Les directeurs permettent que les portes restent ouvertes et autorisent aussi que trois personnes soient réunies dans une même cellule pour la prière, alors que c’est interdit. Pire : pendant le ramadan, il arrive que des prisonniers ne mangent pas parce que ceux qui poussent les chariots décident de ne pas livrer de nourritures « impies ». Et encore : certains prisonniers ne passent pas sous le portique de détection de métaux, car les gardiens ont peur de se faire agresser. Je me dois aussi de citer le cas de cette nouvelle maison centrale, ouverte en mai, dans laquelle un gardien a reçu l’ordre de son directeur de ne pas se mêler à un atelier de détenus au motif que cela les traumatiserait. Mais le plus grave, c’est que de jeunes gardiens de prisons parlent en arabe vernaculaire avec des prisonniers, et que l’épouse de certains gardiens est voilée.

Nos relations avec le Qatar
D’autre part, nous entretenons des relations diplomatiques avec des États qui ont un art consommé du double langage. La classe politique française fait de nombreux allers et retours au Qatar, et tous les députés de France ont reçu une brochure luxueuse expliquant que le Qatar était le pays des droits de l’Homme, sans que cela suscite une réaction particulière. Il est interdit de s’en prendre à cet émirat qui, certes, rachète de nombreuses entreprises mais qui continue aussi à financer le djihad. La coopération avec les services de renseignements étrangers existe-t-elle aussi avec les services d’Arabie saoudite ou du Pakistan, spécialistes du double jeu ?

Revenir aux fondamentaux de l’Education nationale
Plus largement, n’est-il pas grand temps d’agir en amont ? On parle encore et encore d’égalité, alors que la réalité est très dure pour de nombreux Français. Les gouvernements successifs ont abandonné peu à peu l’enseignement de l’histoire de France, et nous vivons dans un pays qui ne cesse de déconstruire le roman national. Il faut en revenir aux fondamentaux, ne pas tolérer la moindre incartade et commencer par se connaître soi-même avant de s’ouvrir à l’autre. Or, on demande aujourd’hui à des enfants de huit ans qui ne parlent pas le français chez eux d’apprendre d’autres cultures ; ce faisant, on les renvoie à ce que leurs parents ont quitté. C’est absurde, et on fait fausse route. Enfin, aujourd’hui même, sur les murs de Paris, on peut voir une affiche publicitaire pour un forfait téléphonique sur laquelle apparaît une femme portant le voile islamique. S’employer à appliquer des lois réprimant le port du voile et accepter cela, c’est incohérent.

Nicolas DHUICQ 

Député
Membre de la commission de la Défense
de l’Assemblée nationale

Lire le texte intégral

 

Source : Assemblée nationale
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.