RÉSERVE : Formation expérimentale pour de nouveaux enjeux.

Posté le lundi 05 décembre 2016
RÉSERVE : Formation expérimentale pour de nouveaux enjeux.

Le camp de La Courtine a accueilli au mois d’octobre 119 jeunes volontaires pour expérimenter une nouvelle formation militaire initiale des réservistes (FMIR). Originalité : la formation des réservistes serait désormais centralisée au niveau commandement, au lieu de l’instruction actuelle en régiment.


Tout comme la formation initiale des militaires du rang centralisée et homogénéisée depuis plusieurs années, l’instruction des réservistes doit s’adapter afin de répondre aux nouveaux objectifs de recrutement de l’armée de Terre. Jusqu’alors formés au sein de leurs régiments, les réservistes ont testé en octobre dernier sur le camp de La Courtine une  formation mutualisée regroupant des volontaires issus de dix unités appartenant au commandement de la logistiques des forces terrestres (COMLOG) et à  la 3e Division. « L’avantage, c’est que cela permet l’échange d’expérience, nous nous tirons tous vers le haut » explique le capitaine Amaury, commandant d’unité de la FMIR. « Nous mettons en commun l’ensemble de nos moyens. Concrètement, nous pouvons bénéficier de certains matériels sans difficultés, alors qu’à l’échelle d’une unité nous n’aurions pas eu de ressources suffisantes ».

S’adapter pour mieux recruter 

En août dernier, chaque jour, 1 300 réservistes étaient mobilisés sur le territoire national. Suite aux derniers attentats, la durée d’activité des réservistes a significativement augmenté, passant d’environ 24 jours d’activités en 2014 à plus de 30 jours en 2016. Cette croissance démontre une réelle nécessité de recrutement, à laquelle la récente création de la garde nationale souhaite répondre. Coté armée de Terre, 24 000 réservistes sont attendus d’ici à  2019. Dans cette logique, « si l’armée de Terre veut tenir dans la durée, il faut se mettre en ordre de bataille pour faciliter le recrutement, fluidifier la partie administrative et garantir une formation complète » explique le général Tregou, général adjoint cohérence du commandement des forces terrestres. Avant de décider ou non de pérenniser cette mutualisation et de l’élargir à l’ensemble des commandements, l’armée de Terre élaborera donc une analyse de cette expérimentation. Les conclusions sont attendues dans les semaines à venir.  

 

Source : Ministère de la Défense
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.