CONQUÊTE SPATIALE :  « L’espace, enjeu stratégique »

Posté le samedi 17 novembre 2018
CONQUÊTE SPATIALE :  « L’espace, enjeu stratégique »

 

Le général Friedling commandant interarmées de l’espace, participait vendredi au « Talk stratégique Le Figaro ».



L’espace, un champ de confrontation
 
« L’espace a toujours été un enjeu stratégique pour les armées depuis le début de la conquête spatiale. Les militaires sont présents dans l’espace et l’utilisent pour observer, pour écouter, pour naviguer et pour communiquer », explique le général Michel Friedling. À la tête du Commandement interarmées de l’espace (CIE), cet officier général de l’armée de l’Air était vendredi l’invité du « Talk stratégique Le Figaro » dont l’intégralité est à réécouter sur www.lefigaro.fr. Néanmoins, l’espace n’avait jamais été jusqu’à présent le théâtre de confrontation directe entre les puissances du « club restreint » de pays qui disposent de toutes les capacités spatiales : États-Unis, Russie, Chine, Europe, France… Désormais, souligne le général Friedling, « on observe des modes d’action beaucoup plus durs entre certaines grandes nations qui ont manifestement l’ambition de dominer l’espace ». Et de rappeler l’affaire, officialisée en septembre dernier par la ministre des Armées, Florence Parly, du satellite russe Louch-Olymp venant « butiner » le satellite franco-italien Athena-Fidus pour l’espionner. « L’espace sera demain un champ de confrontation », estime le général Friedling.

Stratégie spatiale de défense française

Ce bouleversement du contexte spatial, avec ses enjeux militaires mais aussi économiques, a propulsé ce domaine au rang des priorités. Le 13 juillet dernier, Emmanuel Macron a demandé l’élaboration d’une stratégie spatiale de défense, en soulignant que l’espace devenait un enjeu de sécurité nationale. « Une défense spatiale, c’est nécessaire, c’est essentiel », déclarait Florence Parly, le 7 septembre, à Toulouse. Un groupe de travail planche actuellement sur des concepts d’emploi nouveaux, qui feront l’objet de prochaines annonces officielles. S’agissant des satellites, la Loi de programmation militaire (LPM 2019-2025) « prévoit le renouvellement de toutes nos capacités spatiales militaires, ce qui représente 3,6 milliards d’euros », rappelle le général Friedling. Les coopérations européennes, notamment avec l’Allemagne, seront développées. Quant à l’émergence du New Space, c’est un facteur de risques mais aussi d’opportunités à saisir. « Nous aurons intérêt à travailler avec les acteurs traditionnels pour les programmes importants inscrits dans la durée mais nous aurons aussi besoin de nouveaux acteurs pour développer des capacités plus réactives et plus innovantes », souligne le commandant du CIE.

Propos du général Michel FRIEDLING
recueillis par Alain Barluet
Le Figaro

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.