Analyses

Lettres ASAF

Lettre ASAF 10/01 - Autour du Drapeau

Au cours de l'année 2009, deux graves affronts faits au drapeau français n'ont été que très discrètement révélés par un tout petit nombre de médias. Ils n'ont fait l'objet jusqu'à présent d'aucune réaction officielle de la part des autorités françaises

Lettre ASAF 09/07 - «Soutenir l’armée et servir la France »

Plus de soldats français des armées de terre, de mer et de l'air sont engagés dans des opérations de guerre et passent les fêtes de fin d'année hors de France, pour défendre, loin de ses frontières, la sécurité des Français et les intérêts de la Nation.

Lettre ASAF 09/06 - « Le politique, le juge et le soldat »

Une plainte contre pour «mise en danger délibérée de la vie d'autrui» a donc été déposée par un avocat à la demande de proches de deux soldats tués le 18 août 2008 lors d'un accrochage entre forces françaises et insurgés afghans dans la région d'Uzbeen.

Lettre ASAF 09/05 - AFGHANISTAN : Parler vrai

A force de parler depuis des décennies d'opérations de maintien de la paix, de croire, de faire croire ou de feindre de croire que les soldats français sont des soldats de la paix qui ne font pas la guerre.

Lettre ASAF 09/04 - Honorer les morts, devoir des vivants

2 novembre, jour des morts, les morts de toutes les familles.11 novembre jour anniversaire de la fin de la guerre de 1914-1918 ; journée où la France se souvient du sacrifice du million et demi de ses enfants pour que leur pays demeure libre.

Lettre ASAF 09/03 - Formation et entraînement

L'armée française commence enfin à renouveler ses équipements majeurs qui datent pour l'essentiel de plus de 30 ans.

Lettre ASAF 09/02 - Les chiffres et les faits

Le ministère de la défense diffuse ces jours ci un fascicule bilingue français anglais (pour l'OTAN ?) intitulé « les chiffres clefs de la Défense en 2009 ».

Lettre ASAF 09/01 - « L’impact des mots »

Des propos durs et blessants rapportés par la presse ont été tenus par de hautes autorités politiques françaises à l’encontre d’un sous-officier supérieur de l’armée à l’occasion de l’incendie du camp de Carpiagne fin juillet. Ils ont suscité des réactions indignées non seulement de la communauté militaire mais également de la part de très nombreux civils surpris par la violence des termes employés. Ce type de propos, s’il devenait récurrent, pourrait entraîner une rupture de confiance durable entre l’armée et les responsables politiques, affaiblissant ainsi inutilement notre pays.